Les Deux Coeurs Unis en Jésus et Marie

Publié le 7 Octobre 2013

Dans la première locution donné au petit enfant de la Divine Volonté, il est fait mention des Deux Cœurs Unis de Jésus et Marie et de leur victoire : « Ce sera reconnu comme la première victoire de nos Deux Cœurs Unis ! » Qu’en est-il ? Quelle est l’origine de la dévotion aux Deux Cœurs unis ? Essayons d’ouvrir une petite porte sur le sujet :

Le language biblique ainsi que celui de notre quotidien conçoivent »le coeur« comme le centre même de toute personne humaine et comme le symbole de l´amour.

Parler des Coeurs de Jésus et de Marie veut dire parler des richesses de leur vie intime, surtout de l'amour qu'ils éprouvent pour le Père céleste et pour nous, les êtres humains.

Par leur amour, Jésus et Marie désirent nous guider vers l'amour désintéressé envers Dieu et envers le prochain, ce qui fait l'essentiel de la sainteté, à laquelle nous sommes tous appelés. Comme ils nous aiment, ils désirent nous sauver, êtres humains égarés. Il faut croire en leur amour, avoir pleine confiance en eux et s'en remettre tout entier et sans réserve à eux. Nos coeurs une fois transformés, nous nous mettrons à réfléchir, à parler, à agir et à aimer comme eux.

Dans les litanies du Sacré-Coeur on prie: Sacré-Coeur de Jésus, formé par l'Esprit Saint en la Vierge-Mère.

Jésus :

C’est sur le Calvaire même, que Notre Seigneur manifesta pour la première fois son divin Cœur, à travers la blessure faite à son côté sacré par la lance du soldat.

Sainte Vierge Marie :

Au sein de la Vierge, sous l'impulsion de l'Esprit Saint, Jésus s'est fait homme avec un coeur humain. Depuis l'origine, les deux Coeurs étaient unis d'une manière adorable.

C'était le Coeur de Marie qui était le premier à vénérer le Coeur de Jésus et à saisir les profondeurs de son amour.

Marie, mère et éducatrice, forma le coeur humain de son fils.

Au moment où la lance du soldat romain perça le coeur de Jésus crucifié, le coeur de Marie fut, lui aussi, transpercé de l'épée des douleurs. Le Sacré-Coeur de Jesus est le reflet même du Coeur de sa Mère.

Dans l'Église, la dévotion au Coeur de Marie et celle au Sacré-Coeur évoluaient simultanément. Le lendemain de la fête du Sacré-Coeur, on se souvient du Coeur Immaculé de Marie ce qui nous témoigne du très haut degré de liaison entre les deux dévotions.

Saint Joseph :

Premier adorateur des deux Très Saints coeurs !

Origène (185-254) :

Le grand exégète et théologien d'Alexandrie a deux passages très intéressants sur le Cœur de Jésus. Voici le premier passage : « Il est certain que Jean a reposé à proximité du cœur de Jésus, au milieu des plus profonds secrets de sa doctrine. C'est là qu'il a puisé les trésors de science et de sagesse qui étaient cachés en Jésus-Christ. » Ce passage rappelle l'invocation des litanies du Sacré-Cœur dans laquelle il est dit que dans le Cœur de Jésus se trouve tous les trésors de la sagesse et de la science. Voici le second passage : « L'âme repose sur la poitrine du Sauveur, parce que là est le cœur, dont le rôle principal est l'amour. »

Saint Grégoire de Nazianze (330-390).

Evêque de Nazianze, Père et Docteur de l'Eglise, saint Grégoire a ces lignes magnifiques : « Y a-t-il un exemple plus grand que celui qui nous vient du cœur de Jésus ? Il est l'unique original de toute sainteté. Toutes les vertus y sont renfermées comme dans leur source. Et, parce que, seul, Il les possède d'une manière indépendante, Il nous les donne de son plein gré, par le seul mouvement de sa charité. » Ces paroles du saint docteur préludent  aux invocations suivantes des litanies : Cœur de Jésus, source de vie et de sainteté ; Cœur de Jésus, abîme de toutes les vertus.

Saint Ambroise (339-397).

Évêque de Milan et Docteur de l'Eglise, saint Ambroise s'exprime ainsi au sujet du Sacré-Coeur : « Son cœur, qui a été transpercé par la lance, est devenu notre cœur et par lui nous aimons le Père. »

Saint Paulin (353-431).

Evêque de Nole, saint Paulin écrit que : « Jean, qui eut le bonheur de reposer sur la poitrine du Seigneur, puisa dans le cœur même de la Sagesse créatrice des pensées plus hautes que toute  créature. »

Saint Anselme (1033-1109).

Archevêque de Cantorbéry et Docteur de l'Eglise, saint Anselme est considéré comme le père de la Scolastique ou de l'exposition scientifique des données de la foi. Il meurt à Cantorbéry en 1109.

Dans sa 12e Méditation, nous lisons : « Vous vous êtes engagé à nous donner un cœur et un esprit nouveau, si nous rentrons en nous-mêmes, et vous avez promis de nous fixer dans votre Cœur et dans votre Ame … Je veux répondre à votre appel, ô mon Dieu, en revenant au cœur, c'est-à-dire à Vous-même qui êtes ce Cœur où mon âme vit … C'est ce cœur pur que je vous demande, ô mon Dieu, de créer en moi »

Dans sa 15e Méditation, il écrit : « Examinez, je vous prie, quel est le disciple qui repose sur le Cœur de Jésus … Sur le Cœur adorable, Jean s'enivra du vin de l'allégresse dans la contemplation de la divinité … En ouvrant ses bras, il nous montre qu'il désire ardemment nous serrer dans son Cœur … Cette blessure ne nous a-t-elle pas révélé les trésors infinis de sa bonté, c'est-à-dire, toute la charité de son Cœur pour nous ? »

Saint Bernard (1090-1153).

Abbé de Clairvaux et Docteur de l'Eglise, saint Bernard a un beau passage sur le Sacré-Cœur dans un de ses sermons sur la Passion : Puissé-je mériter d'habiter dans votre Cœur tous les jours de ma vie … Votre Cœur a été blessé afin que nous puissions habiter en Lui, en Vous-même Qui n'aimerait un Cœur blessé de la sorte ? »

Saint Antoine de Padoue (1195-1231).

Franciscain et Docteur de l'Eglise, saint Antoine de Padoue revient souvent dans ses écrits et ses sermons sur le Sacré-Cœur. Citons le passage suivant : « (La plaie du côté) mène à son Cœur et c'est là qu'il appelle l'âme dont il a fait son épouse … il lui a ouvert son côté et son Cœur pour qu'elle vienne s'y cacher … l'âme religieuse trouvera dans le Cœur de Jésus, avec un asile contre les machinations de Satan, une délicieuse retraite. »

Saint Bonaventure (1217-1274).

Cardinal d'Albano et Docteur de l'Eglise, saint Bonaventure a eu une dévotion ardente et tendre envers le Sacré-Cœur. Il insiste en particulier sur son désir de pénétrer dans le Cœur de Jésus « pour y fixer sa demeure à jamais »

Saint Thomas d'Aquin (1225-1274).

Dominicain et Docteur de l'Eglise, saint Thomas a écrit une œuvre abondante laquelle nous trouvons de nombreux passages sur le Cœur de Jésus. Le Cœur de Jésus est pour lui la porte de la vie éternelle, le témoignage d'une très grande dilection, un principe de foi et de persévérance, le remède au péché.

Sainte Mechtilde (1241-1298).

Bénédictine du monastère de Helfta en Saxe, sainte Mechtilde est une des plus célèbres mystiques avec sainte Gertrude, religieuse du même monastère. Comme cette grande mystique, elle a été une grande zélatrice de la dévotion au Sacré-Cœur. Voici deux passages de ses écrits qui nous rapportent les grâces qu'elle a reçu du Sacré-Cœur. : « S'il me fallait écrire tous les biens qui me sont venus du très bénigne Cœur de Jésus, un livre gros comme celui des Matines n'y suffirait pas. » Et ailleurs, elle dit : « Par ce Cœur nous recevons la communication de tous les biens. »

Sainte Gertrude la Grande (1256-1303).

Bénédictine du monastère de Helfta en Saxe, sainte Gertrude la Grande porta sa piété de préférence vers le Cœur de Jésus. Elle aimait réciter cette belle prière : « O Sainteté du Cœur de Jésus, consacrez mon cœur. Providence du Coeur de Jésus, veillez sur mon cœur. Immutabilité du Cœur de Jésus, affermissez mon cœur. Pureté du Cœur de Jésus, purifiez mon cœur. Obéissance du Cœur de Jésus, assujettissez mon cœur. Amabilité du Cœur de Jésus, découvrez-vous à mon cœur. »

Sainte Gertrude a joué un grand rôle dans le développement de la dévotion au Sacré-Cœur. Elle a influencé le chartreux Lansperge de la Chartreuse de Cologne (mort en1539) et le vénérable bénédictin Louis de Blois (mort en 1566) qui vous répandre ses écrits à savoir Le Héraut de la tendresse divine.

Sainte Catherine de Sienne (1347-1380).

Tertiaire dominicaine, sainte Catherine de Sienne disait à Jésus : « … tant que jesacrecoeur_espagnol.jpg ne serai pas parvenue à me cacher toute entière dans votre divin Cœur, je ne goûterai jamais le repos. » Elle écrivait à un prêtre : « Dans le côté du Christ, vous trouverez l'amour de son Cœur, car tout ce qu'il a fait pour nous, a été fait avec l'amour de ce Cœur. »

Saint Pierre Canisius (1521-1597).

Jésuite et Docteur de l'Eglise, saint Pierre Canisius fut un fidèle disciple et un apôtre zélé du Cœur de Jésus. Il brûlait d'un feu surnaturel puisé dans le sanctuaire de ce Cœur. Il méditait sur les souffrances du Cœur de Jésus qu'il saluait chaque matin tandis que le soir, son action de grâce était tournée vers ce même Cœur. Il commençait ses occupations en invoquant le Sacré-Cœur et dans son testament, il nous a laissé un monument de son Amour pour le Sacré-Cœur. Nous pouvons penser que cet amour pour le Sacré-Cœur lui a été donné par la Chartreuse de Cologne

Saint François de Sales (1567-1622).

Évêque de Genève et Docteur de l'Eglise, saint François de Sales a aussi une adente dévotion envers le Sacré-Cœur de Jésus. Le pape Pie IX affirme qu'il a « jeté les germes de cette dévotion au Sacré-Cœur que nous la grande joie de merveilleusement propagée. »

Il parle du Sacré-Cœur dans le Traité de l'Amour de Dieu et dans une lettre de 1611 à sainte Jeanne de Chantal, il écrit que « Notre petite congrégation est un ouvrage du Cœur de Jésus et de Marie. Le Sauveur mourant nous a enfantés par l'ouverture de son Sacré-Cœur. » Il disait à religieuses de la Visitation : « Ne voulez-vous pas être les adoratrices et les servantes du Cœur de ce divin Sauveur ? »Il souhaitait qu'elles deviennent les filles du Sacré-Cœur de Jésus.

Saint Jean Eudes (1601-1680) :

Fondateur de la Congrégation des Eudistes le 25 mars 1643.

Pour Saint Jean Eudes, la dévotion au Coeur de Jésus s'épanoui sur la dévotion au Coeur de Marie. Ces deux coeurs ne font pour lui qu'un seul Coeur, aussi disait-il toujours au singulier : le Coeur de Jésus et de Marie.

Sainte Marguerite Marie Alacoque (1646-1690):

Le Sacré Coeur se présente à elle et lui découvre les merveilles de son Amour, avec l'image symbolique de son Coeur.

Jésus promet à Ste Marie Marguerite Alacoque que les chrétiens indifférents deviendraient fervents et atteindraient assez vite le degré de la perfection le plus haut, s'ils vénéraient le Sacré Coeur de Jésus et s'ils s'en remettaient avec confiance à Lui.

Elle disait : »Il me semble qu'il n'y ait de voie plus courte d'atteindre la perfection ni de moyen plus sur garantissant notre salut que de se consacrer au Sacré-Coeur.«

Saint Louis-Marie Grignon de Montfort (1673-1716) :

4. Anges, dites-moi, je vous prie,

Quel est ce beau brasier de feu ?

C'est le Cœur du Fils de Marie

Et du Fils unique de Dieu.

9. O merveille tout ineffable !

Cœur plein de la divinité !

Cœur infiniment adorable, dans la très Sainte Trinité !

33. En louant ce cœur adorable,

Je loue avec proportion

Le cœur de sa Mère admirable,

Tant est grande leur union.

35. Chrétien, par le Cœur de Marie

On aime le Cœur de Jésus,

Puisque Jésus a pris vie

Dans son Cœur et dans ses vertus

36. Du Sang de son Cœur tout de flamme

Le Cœur de Jésus est formé ;

Ils n'ont qu'un cœur, ils n'ont qu'une âme,

L'un et l'autre doit être aimé.

37. Ame, perdez-vous sans partage

Dans ces deux Cœurs miraculeux,

L'un avec l'autre vous engage

A n'en voir qu'un seul dans les deux.

38. Chère âme, montez en cachette

Par ce cœur tendre au Cœur très haut.

Vous deviendrez bientôt parfaite

En aimant ce Cœur comme il faut.

Dieu seul.

Sainte Catherine Labouré 1830 :

La Vierge apparaît et lui présente la "Médaille Miraculeuse" au revers de laquelle se trouvent les deux Coeurs. L'un entouré d'une couronne d'épine et l'autre transpercé d'un glaive : les deux Coeurs de Jésus et de Marie.

Le Pape Léon XIII  (1878-1903):

En 1899, le pape Léon XIII consacra l'Église et le monde au Sacré Coeur de Jésus.

Sainte Faustina Kowalska :

Jésus dit à Faustine, et à chacun de nous:

 

Pour les âmes Je demeure dans le tabernacle, comme Roi de Miséricorde. Dans le très Saint Sacrement Je suis tout entier pour toi, Âme, Corps et Divinité, comme ton époux.

Faustine a bien compris, elle qui écrit : “... Je vais consoler le très doux Cœur Eucharistique, je jouerai des chants de reconnaissance sur les cordes de mon cœur.

Oh ! comme cela M’attriste que les âmes n’aient pas compris l’Amour. Elles se conduisent envers Moi comme envers une chose morte... (1385) Toi, au moins, viens vers Moi le plus souvent possible et prends ces grâces qu’elles ne veulent pas, ainsi tu consoleras mon Cœur... (367) J’attends les âmes, mais elles sont indifférentes envers Moi. Je les aime si tendrement et si sincèrement, et elles se défient de Moi... Elles me traitent comme quelque chose de mort et pourtant j’ai le Cœur plein d’Amour et de Miséricorde.” (1447) Et aussi: “J’entre dans certains cœurs comme pour une seconde Passion.” (1598)

Les apparitions de Fatima (1917):

Lucie nous apprend que "le Coeur de Jésus veut être vénéré avec celui de sa Mère" !

Lucie de Fatima voit le Coeur de Notre Dame « projeter des rayons de Lumière qui descendaient jusqu’à terre ». (13/06/1917 relatée le 9/11 1946)

Les apparitions de Fatima annoncent le Triomphe du Cœur Immaculé de Marie et donc également du Sacré Cœur de Jésus.

Mais le triomphe du Cœur Immaculé de Marie n’arrivera que par la conversion de la Russie et cette conversion n’arrivera que par la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie.

Notre Sainte Mère avait dit que la consécration se ferait, mais qu’il serait bien tard !

La bienheureuse Jacinthe de Fatima disait, en unissant les deux Cœurs :

« Si je pouvais mettre dans le cœur de tout le monde le feu que j'ai là dans ma poitrine, et qui me brûle et me fait tant aimer le Cœur de Jésus et le cœur de Marie ! »

Le Pape Pie XII :

En 1942 le pape Pie XII voua l'Église et le monde au Coeur Immaculé de Marie.

Kérézinen :

Il est dit "c'est par nos deux Coeurs unis en tout, criblés des mêmes blessures et continuellement martyrisés par l'ingratitude des hommes ..."

Garabandal :

Conchita déclare "les coeurs de Jésus et de Marie qui nous aiment" à la fin de sa dernière rencontre avec la Vierge le 13 novembre 1965.

Le Pape Jean-Paul II :

En 1984 et en 2000 le pape Jean-Paul II consacre l’Eglise et le monde au Cœur Immaculé de Marie.

Prière de consécration aux cœurs unis de Jésus et Marie :

Père Éternel, je voudrais me consacrer et m'en remettre en l'Esprit Saint aux Coeurs de Jésus et de Marie pour devenir leur enfant, toujours plus dévoué et fidèle.

Marie, Mère de Dieu, moi, ………………(nom), je m'en remets dès aujourd'hui à votre Coeur Immaculé. Soyez ma protectrice maternelle, menez-moi à votre Fils Jésus.

Seigneur Jésus, je me consacre et je m'en remets à votre Coeur très sacré par le Coeur Immaculé de Marie. Rendez mon coeur pareil au Vôtre pour que vous restiez à jamais en moi.

Coeur très Saint de Jésus, Coeur Immaculé de Marie, cette consécration et cet abandon représentent ma réponse à votre amour envers moi qui s'était manifesté au cours de votre vie terrestre, surtout au Calvaire, et qui aujourd'hui encore continue à se manifester. Simultanément, je renouvelle ma consécration de baptême, don offert à Dieu Trinité: je renonce au péché, aux séductions du Mal et au Malin, je crois en tout ce que Dieu nous a révélé et que l'Église catholique nous enseigne.

Je promets de respecter le commandement de Jesus, demandant d'aimer Dieu et le prochain, d'observer les commandements de Dieu et de l'Église et de suivre l'enseignement du Magistère de l'Église respectant l'autorité du successeur de Pierre. Ainsi je voudrais contribuer à l'unité et à la prospérité de l'Église. Je réciterai volontiers le chapelet, individuellement, en famille ou en d'autres réunions. En réparation de mes propres péchés et de ceux de l'humanité entière, je participerai à la dévotion des premiers vendredis et samedis du mois.

Coeur très Sacré de Jesus, Coeur Immaculé de Marie, aidez-moi à accueillir les Évangiles en mon coeur et à les pratiquer dans la foi, l'espérance et la charité. Ainsi, par sa Croix et sa Resurrection, Jésus Christ sera pour moi le Chemin, la Vérité et la Vie. Que je me nourrisse du Pain céleste et que je vive de l'Eucharistie pour pouvoir vaincre le Mal et pour choisir toujours la Vie.

Confiant, je recherche recours en vos coeurs remplis de charité. Protégez-moi dans tous les dangers et au bout de mon pèlerinage sur Terre, faites-moi parvenir au Royaume des Cieux. Amen.

Rédigé par Divine Volonté

Publié dans #Messages, #Commentaires, #Histoire

Repost 0